La boîte à musique : League of Legends

 

Bonjour à tous et bienvenue dans le second numéro de cette nouvelle chronique de Cleek. Vous l’aurez compris, il sera question ici de musique, et plus particulièrement des musiques qui ont bercé et qui continuent de bercer l’univers geek, qu’il s’agisse de jeux vidéo, de films ou d’animés. Le format de cette chronique pourra varier d’un numéro à l’autre selon les musiques qui vous seront proposées. Présentations, analyses, extraits de partitions seront autant d’éléments que vous pourrez retrouver dans la boîte à musique de Cleek. Et puisque nous parlons ici de musique, je vous propose de découvrir à la fin de chaque numéro de cette chronique une petite cover « fait maison » d’un thème emblématique de l’univers geek.

Côté chroniques, vous avez pu ce mois-ci profiter d’une analyse du film « Trance » avant de découvrir une nouvelle facette des USA autour d’une chronique basée sur Los Angeles et enfin, pour les gourmands, encore un peu de patience puisque la chronique autour du Speed Cooking arrivera la semaine prochaine. Cette semaine, après avoir exploré les musiques de Final Fantasy dans le premier numéro, ainsi que celle de Game of Thrones dans le second, je vous propose de découvrir les musiques de du célèbre Moba de Riot Games « League of Legends »,  au travers d’une rétrospective de leurs réalisations musicales et de leurs évolutions : Ouvrez donc la boîte à musique !

 

Chronologie et évolution

 

C’est en 2009 que League of Legends (initialement appellé League of Legends : Clash of Fates, LoL pour les intimes, et produit par Riot Games) fait son apparition dans la sphère très restreinte des MOBA, à l’époque représentée principalement par le jeu DotA. Le pari était, à l’époque, assez risqué, et les chances de rencontrer un vrai succès, assez incertaines. Pourtant, League of Legends s’illustre aujourd’hui comme étant LE jeu incontournable du genre à côté d’autres grosses enseignes telles que DotA cité précédemment, encore encore le petit dernier Heroes of the Storm, produit par Blizzard.

Même si l’univers artistique conçu autour d’un jeu demeure, nous le savons aujourd’hui, de la plus haute importance, League of Legends a pourtant commencé de manière sobre, jusqu’à évoluer vers le succès mondial que l’on lui connaît aujourd’hui. Cet engouement, qu’il s’agisse du jeu en tant que tel ou encore de l’essor de l’eSport, a également fait naître chez Riot Games une réelle volonté de mettre en avant les divers aspects artistiques de leur jeu, à commencer par la musique. Si les thèmes musicaux de l’écran de sélection de champions et même celui de la Faille de l’Invocateur étaient déjà implantés au jeu, Riot a décider, pour varier les plaisirs, de modifier lors de mises à jour l’écran de connexion au jeu, et donc la musique qui l’accompagnait chaque fois. Riot Games utilisait alors le thème principal du jeu, en le variant d’un point de vue orchestral, ou en modifiant parfois des paramètres tels que la hauteur ou le tempo de la musique. Voici les quelques mesures de ce thème, première mélodie phare du jeu League of Legends.

 

LolTheme

 

Une fois que cette musique s’est confortablement ancrée dans l’oreille du joueur, Riot poussa donc le projet un peu plus loin, en proposant petit à petit de nouvelles musiques à l’occasion de la sortie de nouveaux champions qui venaient alors s’ajouter à la liste des héros déjà existante. L’idée était ingénieuse : Riot trouva alors ici une piste pour insuffler à leur nouveau personnage une empreinte très caractéristique par la proposition d’une musique propre au champion, renforçant du même coup la promotion de ce dernier. La première à bénéficier de ce changement artistique fut alors Lulu. On reconnait très nettement au début de la musique le thème principal de League of Legends, varié instrumentalement pour correspondre davantage ici au côté malicieux du personnage. Le reste de la musique diffère ensuite totalement, jusqu’à développer un thème musical propre au nouveau personnage de la faille (bien qu’étant tout de même très inspiré du thème original du jeu). L’essai fonctionne auprès de la communauté qui découvre alors à sa connexion une nouvelle musique pour accompagner cet écran de connexion. Riot réitéra donc l’exercice à la sortie de chaque nouveau champion. L’idée novatrice de l’époque est aujourd’hui devenue une tradition et du haut de ses 125 champions (on salue au passage le petit nouveau de la bande, Ekko), League of Legends propose aujourd’hui, juste par le biais de musiques d’écrans de connexion, plus de deux heures de musique.

 

 

Une identité musicale

 

Si au départ, l’idée du nouvelle musique systématique à chaque nouvel écran de connexion, ne faisait que convaincre une partie de la communauté de joueurs, la musique proposée par Riot Games prit un réel élan lors de la sortie d’un champion, dont la musique, paradoxalement calme par rapport à la violence supposée du personnage, connut un vif succès. Il s’agit bien sûr de Diana et de ce chant lyrique (d’ailleurs interprété par Lisa Thorn, graphic designer chez Riot) et minimaliste qui envoûta réellement la communauté. La musique proposée avait enfin touché le cœur du plus grand nombre et c’est à partir de cela que l’équipe en charge des musiques chez Riot Games commença véritablement à varier chacune de ses compositions, alternant les genres et les styles : Chacun s’y retrouve désormais aujourd’hui, car il serait finalement assez difficile de prétendre qu’aucune musique de League of Legends n’est pas parvenue à nous émouvoir. Face à ce nouvel essor, Christian Praeco Linke, compositeur principal des studios Riot, a diversifié les propositions, jusqu’à faire appel à diverses personnalités artistiques pour attirer l’attention du public sur ses nouvelles créations. Après la révélation qu’avait été la musique de Diana, Riot frappa une nouvelle fois (et très fort) lors de la sortie du champion Vi. La musique, d’ordinaire orchestrale, et assez « conventionnellement » classique dans la lignée directe des grandes bandes originales de film,  cédait cette fois sa place à une identité résolument rock. Exit les violons, avec Vi, les riffs de guitare sont désormais rois, et c’est cette musique qui représenta en quelque sorte une nouvelle rupture dans les thèmes musicaux proposés par Riot. On ignorait désormais avant la sortie du champion de quel style serait la nouvelle musique : classique ? electro ? pop ? rock ? Il y en a désormais pour tous les goûts. Faisons un petit tour d’horizon :

 

tumblr_static_617ko30udick0ock8c840k4ww

Christian « Praeco » Linke

 

 

 

Il serait difficile de les citer tous, mais vous retrouverez dans les musiques de login des grands classiques épiques : Diana, Jayce, Lissandra, l’écran présentant la saison 5, les All Stars 2013, Quinn, Nami, des musiques plus exotiques et folkloriques : Gnar, les skins du calendrier chinois, Udyr gardien des esprits, Yasuo, Braum… Du décalé, avec l’écran de connexion de la URF, de l’horrifique avec le thème de Zira hantée, ou encore la musique de Thresh, de l’electro avec Vel’Koz, Lucian et Sona DJ, du pop/rock avec les skins de la plage, Vi, Jinx… Autant d’exemples qui démontrent donc ici le souci de variété dans les thèmes proposés par Riot et son équipe de musiciens/compositeurs. Accompagnés de personnalités désormais mondialement reconnues telles que Nicki Taylor, Lisa Thorn, ou encore plus récemment Imagine Dragons, l’équipe artistique de Riot continue encore aujourd’hui son envol pour proposer à la communauté un flux de contenus artistiques d’une qualité rare.

 

Et aujourd’hui…

 

Riot ne se contente désormais plus de présenter sa nouvelle petite musique à chaque sortie de personnage. Cela ne suffit plus, car avec l’essor pris lors de ces dernières années, la communauté réclame désormais plus et toujours plus. Si l’on parle aujourd’hui de la qualité musicale de League of Legends, il serait également légitime de mettre en lumière le travail remarquable des graphistes qui permettent régulièrement la publication de vidéos promotionnelles époustouflantes. Chaque personnage dispose désormais d’un trailer qui lui est propre (rappelez-vous de celui de Braum, ou plus récemment de celui d’Ekko), tandis que chaque événement lié à LoL présente son lot de réalisations artistiques (on pense notamment au récent « Warriors » réalisé en collaboration avec Imagine Dragons à l’occasion des championnats du monde 2014). Cerise sur le gâteau, Riot se permet même (et c’est là que c’est du luxe) de proposer de courtes réalisations, et ce sans raisons particulières, comme cela fut le cas avec l’album Pentakill, ou encore plus récemment avec le sublime court-métrage réalisé autour du personnage d’Amumu. Si League of Legends continue donc de creuser sa place en tant que jeu incontournable de ces cinq dernières années, l’équipe artistique de Riot ne cesse, quant à elle, de nous émerveiller dès qu’une occasion se présente à elle. Dans un jeu dont le système ne nécessite pas réellement de vraie trame musicale et scénaristique, le parti pris de Riot concernant la musique, les graphismes ou encore le Lore n’a fait que renforcer chaque fois un peu plus l’attachement déjà sincère d’une communauté grandissante. Un vivier d’inspirations créatrices à prendre donc en exemple !

Enfin, si vous souhaitez en savoir plus sur la réalisation de certaines musiques de League of Legends, retrouver ici le making-of sur la réalisation de la musique de Freljord.

 

https://www.youtube.com/watch?v=xWb1cvmh1FE

 

Cover

 

Comme d’habitude, notre Boîte à Musique se termine sur une cover fait maison. Aujourd’hui, c’est donc autour de LoL que je vous proposerai non pas une, mais deux covers directement tirées du jeu, à savoir celui de la toute récente musique de login d’Ekko, ainsi que la chanson Warriors d’Imagine Dragons dont nous parlions précédemment. Enfin, si la partition de la musique d’Ekko vous intéresse, n’hésitez pas à la demander en commentaire, et je vous enverrai cela par mail ! Bonne écoute donc, et à bientôt dans la Boîte à Musique !

 

 

 

 

A propos de l'auteur

Laurianne « Caduce » Angeon

Articles similaires