La boîte à musique : Final Fantasy

Bonjour à tous et bienvenue dans la nouvelle chronique de Cleek. Vous l’aurez compris, il sera question ici de musique, et plus particulièrement des musiques qui ont bercé et qui continuent de bercer l’univers geek, qu’il s’agisse de jeux vidéo, de films ou d’animés. Le format de cette chronique pourra varier d’un numéro à l’autre selon les musiques qui vous seront proposées. Présentations, analyses, extraits de partitions seront autant d’éléments que vous pourrez retrouver dans la boîte à musique de Cleek. Et puisque nous parlons ici de musique, je vous propose de découvrir à la fin de chaque numéro de cette chronique une petite cover « fait maison » d’un thème emblématique de l’univers geek.

Cette semaine, ce premier numéro de la chronique portera sur les musiques de la franchise Final Fantasy, et plus particulièrement sur la façon dont une bande originale parvient à enrichir et à sublimer une œuvre vidéo-ludique : Ouvrez donc la boîte à musique !

 

Une saga à succès

 

Final Fantasy ; une douce résonance dans l’esprit de beaucoup de gamers, mais aussi une franchise au succès mondial et incontesté. De par sa notoriété hors norme mais aussi par l’excellence apportée à chacun des opus de la saga, Final Fantasy demeure actuellement une référence et une influence majeure dans l’univers du jeu vidéo, qui alla même jusqu’à s’étendre au monde du cinéma, avec deux films tirés des jeux vidéo : « Final Fantasy : Les Créatures de l’Esprit » et « Final Fantasy : Advent Children ». Produits par Square Enix (initialement Square Soft), la saga des Final Fantasy a rencontré un succès grandissant auprès de la communauté des joueurs, notamment grâce à son gameplay, ses graphismes, ses scenarii époustouflants, mais aussi sa diversité. Malgré cela, chaque opus de Final Fantasy possède son empreinte unique, mais aussi cette patte des concepteurs et certaines similitudes entre chaque jeu de la saga qui font que lorsque l’on est devant un Final Fantasy, on le sait et on le sent !

Bien évidemment, la musique n’est pas étrangère à ce succès, et les bandes originales des Final Fantasy ont même été parmi les premières à recevoir un réel engouement de la part du public, accumulant les succès et les récompenses partout à travers le monde. L’impact de ces musiques est d’ailleurs si percutant que de nombreux concerts de musique symphonique iront même jusqu’à être organisés afin de faire vivre aux fans de la franchise un moment hors du commun, tout en leur rappelant les thèmes musicaux qui leur sont chers. Mais à qui doit-on donc ces chefs-d’œuvre musicaux ? À un certain Nobuo Uematsu qui écrivit les musiques de chaque opus, jusqu’à Final Fantasy XI, avant sa démission en 2004. D’autres noms prestigieux vinrent ensuite s’ajouter à la liste des compositeurs : Masashi Hamauzu, Hitoshi Sakimoto, Naoshi Mizuta, et Kumi Tanioka font donc partie de ces patronymes auxquels on doit aussi le succès musical de Final Fantasy.

 

Nobuo_Uematsu_cleek

Nobuo Uematsu, l’âme de la musique de la saga Final Fantasy

 

Continuité, diversité et inspirations

 

Comme il l’a été mentionné plus haut, chaque opus de la saga Final Fantasy est unique. Néanmoins, des récurrences et des éléments se retrouvent d’un jeu à l’autre (les chimères ou encore les célèbres chocobos par exemple). Il en est de même pour certaines thématiques musicales du jeu que l’on retrouve d’un opus à l’autre. C’est le cas du Thème des Chocobos mais aussi du Prelude de Final Fantasy ; ces arpèges montantes et descendantes qui agrémentent l’écran du menu de chaque jeu et dont vous pouvez retrouver l’évolution musicale tout au long des Final Fantasy ici. Vous constaterez donc l’évolution de ce thème au fil de chaque opus, que ce soit au niveau de la qualité de la qualité sonore ou de l’expansion du thème dans les récents opus.

Pourtant, en plus de l’évolution technologique relative aux musiques implémentées dans les jeux vidéo, les musiques des Final Fantasy se sont diversifiées avec le temps. Tout d’abord par les formations musicales et registres employés. Ainsi, les bandes originales sont passées de la musique 8 et 16 bits aux enregistrements acoustiques, de piano solo (To Zanarkand, Prelude of Ruin…), puis orchestraux, qu’il s’agisse de thèmes tout droit inspirés des premières polyphonies modales médiévales (comme pour le thème de Final Fantasy XIX) ou encore d’univers plus rocks comme cela a été le cas dans Final Fantasy Crisis Core par exemple. De quoi ravir donc les oreilles et les goûts musicaux de chacun pour une diversité musicale optimale.

 

Final_Fantasy_saga

La musique comme outil de narration

 

Il faut pourtant admettre que dans l’univers du jeu vidéo, nous sommes plutôt chanceux. Les bandes originales sont le plus souvent de qualité, allant parfois même jusqu’à devenir emblématiques du titre qu’elles soutiennent. Pourquoi Final Fantasy s’est-il donc illustré haut la main dans ce domaine ? Tout simplement parce que la musique n’est pas juste utilisée comme agrément au sein du jeu, mais comme un élément narratif à part entière. Si cela peut vous paraître évident, voire essentiel, il reste cependant à démontrer que d’autres jeux aient poussé aussi loin la justesse de la musique dans le cadre narratif. Mais finalement, comment une musique peut-elle appuyer une histoire, l’habiter et lui donner ce petit quelque chose qui fera la différence ?

Pour cela, de nombreux procédés sont utilisés, ayant tous pour rôle de renforcer la narration au sein du jeu :

Il y a tout d’abord, comme nous l’avons vu plus haut, les thèmes récurrents d’un opus à l’autre, saluant le joueur fidèle à la saga, qui aura le plaisir de retrouver cette continuité d’un jeu à l’autre. Un procédé simple mais cependant efficace pour fidéliser la communauté, et pour marquer l’esprit des joueurs.

Mais là où la musique de Final Fantasy excelle, c’est dans la corrélation étroite qu’il y a entre la musique et les personnages du jeu, et ce, par le biais du système de leitmotiv. Ce procédé d’écriture musicale a été utilisé de tout temps, mais c’est le compositeur Wagner qui l’utilisa le plus au travers de ses opéras, afin que le spectateur se repère plus aisément à l’identité de chaque figure de l’histoire. Ainsi, à chaque personnage correspond un thème musical qui pourra être varié (de par son instrumentation, sa longueur, sa vitesse, sa hauteur etc), tout au long du jeu. L’aspect identitaire en est donc renforcé, et le personnage gagne alors, par le biais de la musique (même par quelques notes), une dimension plus personnelle, plus subjective, grâce à ce motif musical qui lui est propre. Pour ne citer que lui, Sephiroth (Final Fantasy VII) dispose à lui seul d’un thème orchestral (et avec chœurs qui scandent son nom, rien que ça!) Quoi de mieux, finalement, pour marquer le coup lors de l’apparition du « méchant » de l’histoire ?

Enfin, chaque opus de Final Fantasy dispose d’un thème « phare », utilisé avec parcimonie, et souvent exposé avec quelques variations, qu’on entend à quelques points clés du scénario. L’apparition musicale du thème de « To Zanarkand » dans Final Fantasy X était par exemple utilisée pour renforcer l’aspect tragique et mélancolique de certains moments précis du scénario. Enfin, dans Crisis Core, le même thème musical est utilisé, varié et détourné de nombreuses fois (comme par exemple ici, ici aussi, ou encore là… ). Si, par ailleurs, vous appréciez ce thème, rendez-vous dans le paragraphe suivant, puisqu’il s’agit du cover de ce premier numéro !

 

crisis core-cleek

 

Cover

 

Puisque c’est de musique que l’on parle depuis quelques minutes, autant finir avec quelques notes (de musique, toujours) avec une cover du titre « Price of Freedom » extrait de l’opus Final Fantasy VII : Crisis Core. L’enregistrement a été réalisé au piano, et au violon électrique, monté sur Audacity et Fruity Loops Studio 11. La VST de basse/violoncelle est extraite du pack Edirol Orchestral. N’hésitez pas à partager ! Bonne écoute, et à la fois prochaine dans la boîte à musique de Cleek !

A propos de l'auteur

Laurianne « Caduce » Angeon

Articles similaires